France: la 15e université d’été de la défense s’ouvre dans un contexte sensible

La 15e université d’été de la défense débute ce lundi 4 septembre à Toulon dans le sud de la France. A cette occasion, le nouveau chef d’état-major des armées, le général François Lecointre s’exprimera depuis le navire Mistral au large des côtes varoises. La ministre des Armées clôturera mardi la manifestation dans un contexte sensible de réductions budgétaires pour 2017, et après la crise qui a opposé en juillet le président de la République Emmanuel Macron au chef des armées le général Pierre de Villiers, lorsque ce dernier avait plaidé pour une augmentation rapide des budgets alloués aux forces armées pour atteindre 2% du produit intérieur brut.

La crise a laissé des traces. Le recadrage devant les plus hautes autorités du chef d’état-major des armées, la veille de la fête nationale, puis sa démission quelques jours plus tard, a constitué une première.

Emmanuel Macron essaye à présent de minimiser un évènement qui a fortement contribué à sa baisse de popularité dès le mois de juillet. Au ministère de la Défense on souligne que si le budget est amputé de 850 millions d’euros cette année, un effort « sans précédent » sera consenti l’an prochain avec un budget porté à 34,2 milliards d’euros soit 1,8 milliard d’euros supplémentaires*, dont 650 millions de surcoûts liés aux opérations extérieures.

Surchauffe, régénération des hommes et du matériel, une pause dans les opérations est peut-être devenue nécessaire note-t-on à la Défense. Début octobre les travaux de la révision stratégique seront remis, puis une nouvelle loi de programmation militaire sur 7 ans lancée en 2018.

Des nouvelles têtes aussi à tous les étages. Emmanuel Macron a remplacé les principaux dirigeants dans les agences de renseignements et à la Direction générale de l’armement (DGA). A la commission de défense, c’est le député LREM Jean-Jacques Bridey qui a succédé à la socialiste Patricia Adam. Il compte garder le cap vers les 2% du PIB consacré à la défense, mais pas avant 2025 il l’aura l’occasion de le redire durant ces universités.

*Note : Ensuite, le budget devrait augmenter de 1,6 milliard par an, mais à ce rythme, à la fin du mandat présidentiel en 2022, il restera encore plus de 10 milliards à trouver (en 3 ans) pour atteindre les 2% du PIB promis par Emmanuel Macron. L’objectif reste d’atteindre 2% du produit intérieur brut, soit 50 milliards en 2025.

 

Share and Enjoy





Laisser un commentaire

Vous devez être loggué pour poster un commentaire.