Budget défense : le général de Villiers laisse éclater sa colère

XVMc962d4c4-67bc-11e7-bbc5-15343b5f5bee

«Je ne vais pas me faire b… comme ça», a lâché mercredi le chef d’Etat major des armées devant la commission de Défense, au lendemain de l’annonce d’une coupe de 850 millions d’euros en 2017 pour le budget des armées.

«Son verbe était clair, passionné et ferme», rapporte l’un des participants à l’audition du général Pierre de Villiers mercredi devant la commission de Défense. Effectivement, le cri du coeur du chef d’Etat major des armées ne pouvait être plus clair: «Je ne vais pas me faire b… comme ça», a-t-il tonné face aux députés. Le général a laissé éclater sa colère après la nouvelle coupe de 850 millions d’euros annoncée la veille par Bercy pour 2017. «Je ne pourrai plus regarder mes gars dans les yeux si on réduit encore nos moyens», a-t-il poursuivi devant les élus.

Confirmé à la tête des Armées jusqu’au 31 juillet 2018 par un décret paru mercredi au Journal officiel, le général de Villiers ne cache pas son exaspération face à la tournure que prennent les arbitrages budgétaires. «Le ministère de la Défense a été la principale victime des politiques de révision générale des politiques publiques», a-t-il déclaré devant les députés. «On a déjà tout donné, tout donné», a-t-il encore dit. «Beaucoup de jeunes sous-officiers n’arrivent même plus à se loger.» Pour sauvegarder ses crédits, le chef d’Etat major des armées aurait une nouvelle fois mis sa démission dans la balance, selon Les Echos.

20% du plan d’économie supporté par la Défense

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’augmenter le budget de la Défense pour le faire passer à 2% du PIB. Un objectif réaffirmé le 4 juillet dernier par le premier ministre Edouard Philippe ; Dans son discours de politique générale, il annonçait l’application de ce principe dans la loi de programmation militaire dès 2018. Ainsi, la coupe annoncée mardi par Bercy a fait l’effet d’une douche froide dans le monde militaire. Le général de Villiers a donc intensifié son offensive pour sauvegarder son enveloppe. «Le général est attentif au moindre soutien politique», poursuit ce participant à la commission.

Les grandes explications pourraient se produire jeudi soir ; Emmanuel Macron est attendu dans la soirée à une réception au ministère des Armées en l’honneur des participants au défilé du 14 juillet. Il devrait rappeler sa «priorité» accordée au budget des armées, selon les mots du porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. «Je ne crois pas qu’il change d’avis d’ici ce soir», a-t-il poursuivi sur RMC et BFM TV. «Par contre, il aura l’occasion de s’exprimer sur sa priorité qui est de faire en sorte que le budget des armées pendant cette mandature soit en forte augmentation, parce que c’est nécessaire à sa modernisation», a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Christophe Castaner a tenté de minimiser la portée de la coupe, en précisant qu’elle concernait pour l’essentiel des reports de commandes. «Sur certaines lignes du ministère des Armées, il y a la possibilité de décaler non pas des salaires, non pas la sécurité, non pas les militaires eux-mêmes, mais de décaler quelques commandes, sur du gros matériel par exemple, et c’est pour ça que nous avons identifié ces 850 millions», a expliqué Christophe Castaner. Il a aussi assuré que l’effort budgétaire ne visait pas seulement les Armées. «Tous les ministères y contribuent», a-t-il dit en insistant sur l’effort budgétaire nécessaire pour passer sour la barre des 3% du PIB de déficit pour 2018. «Ce qu’il fallait pour le ministre du Budget, c’est trouver 4,5 milliards d’euros, excusez-moi du peu.» Un mini plan de rigueur, dont 20% de l’ensemble des coupes sont sur de point d’être imputées à la Défense.

Le terrorisme est implanté pour de longues années dans notre pays. Fermer les yeux sur 16000 djihadistes que comptent la France, baisser le budget de l’armée ainsi que de l’intérieur est à mon sens un suicide voulu de l’état.

L’impact se fera jour très vite avec la forte diminution des réservistes militaires et policiers.

UN GOUVERNEMENT MENANT UNE ACTION A L’ENCONTRE DE SON ARMÉE ET DE SA POLICE, EST UN GOUVERNEMENT QUI NE DURERA PAS. ENFIN, SEUL L’AVENIR NOUS LE DIRA.

Dont acte

 

 

Share and Enjoy





Laisser un commentaire

Vous devez être loggué pour poster un commentaire.